Relations judéo-chrétiennes

Deux articles parus dans le Jerusalem Post ont  rapporté la récente visite du cardinal Koch à Jérusalem. Dans le premier article, Ron Kronish proposait à la fois un examen des événements et son opinion sur l'état de relations judéo-chrétiennes : « Le cardinal du Vatican en charge des relations religieuses avec les Juifs,  SE le cardinal Kurt Koch, se trouvait récemment à Jérusalem pour quelques jours de réunions avec des hauts fonctionnaires, durant lesquels  il a donné une conférence publique sur « le dialogue judéo-catholique » (coparrainée par le Jerusalem Institute for Israel Studies, le Conseil de coordination interreligieuse en Israël [ICCI], le  Comité juif américain (AJC) et le Conseil juif pour les relations interreligieuses, toutes les organisations impliquées dans le dialogue judéo-chrétien depuis de nombreuses années).

La visite du cardinal Koch à Jérusalem a été une autre étape positive dans l'approfondissement des relations entre l'Église catholique, le peuple juif et l'État d'Israël établies depuis plusieurs années maintenant.

Ron Kronish, fondateur et directeur du Conseil de coordination interreligieuse en Israël et directeur du Centre de Jérusalem pour les relations judéo-chrétiennes, a déclaré dans l'article que « depuis le Concile Vatican II, c'est à dire depuis le début du dialogue (entre Chrétiens et Juifs et entre l'Église et toutes les autres grandes religions du monde), je dirais que nous sommes clairement dans une nouvelle ère. Nous pourrions appeler cela ‘l'ère nouvelle du dialogue’. En outre, il est indéniable que la direction de Jean-Paul II, dont le décès il ya quelques années fut une perte immense pour l'humanité tout entière, a permis de promouvoir le dialogue entre Chrétiens et Juifs de façon totalement novatrice dans l' l'histoire de l'Église catholique, avec, à son apogée, son pèlerinage personnel en Terre sainte, en mars 2000.

Ron Kronish poursuit : «... Dans le contexte de l'histoire des 2 000 dernières années, nous sommes clairement dans une ère sans précédent de dialogue. Cela comprend le document majeur de l'Église sur l'Holocauste intitulé Nous nous souvenons (1998) et la signature de l’Accord fondamental entre le Saint-Siège et l'État d'Israël, en 1993, qui a tracé une voie entièrement nouvelle dans les relations entre le Vatican et l'État juif .... Bref, l'Église catholique a fait d'énormes progrès sur le sujet des relations avec les Juifs et avec le judaïsme depuis Vatican II, au milieu des années 1960. »